Raphael Nadal, Novak Djokovic… Et non, c’est Dominique Perrault qui remporte Roland Garros cette année. Car pour ce millésime 2020, il y a deux façons de remporter Roland Garros, soit d’être un joueur (ou joueuse) de tennis hors-pair, soit d’être architecte ; c’est donc la seconde option que l’architecte parisien a choisit.

© Dominique Perrault Architecte / Adagp / FFT

En effet, cette année était organisée un concours d’architecture afin de couvrir le court Suzanne Lenglen. L’appel d’offres visait à doter ce cours d’une couverture mobile afin de protéger l’aire de jeux ainsi que les spectateurs de la pluie et du vent. Ce gain en confort s’inscrit également dans l’organisation des JO de Paris 2024 puisque cet équipement accueillera les compétitions de boxe pour les Jeux Olympiques et Paralympiques.

© Dominique Perrault Architecte / Adagp / FFT

Une toiture mobile en forme de U

Les architectes de l’agence Dominique Perrault Architecture ont opté pour une toiture en forme de U qui s’ouvre sur le bois de Boulogne. La partie fixe, qui sera recouverte de panneaux solaires, sera construite en métal avec un assemblage boulonné. Elle reposera sur quatre piles disposées à l’extérieur de l’enceinte actuelle.

La liaison entre les tribunes existantes et la nouvelle toiture sera assurée par une maille métallique de haute-couture. La maille, qui sera simple à mettre en oeuvre sur le chantier, soulignera la courbure des tribunes.

© Dominique Perrault Architecte / Adagp / RSI / FFT

Pour ce qui est de la partie mobile, les architectes ont prescrit un tissu en fibres en PTFE, plus précisément le tissu architecture tenara® 4t40Hft du fabricant Sefar. Il offre selon ce dernier « une transmission lumineuse élevée et une flexibilité objet d’une garantie pour les structures statiques et pliantes ». Plus simplement, ce tissu possède une plus haute transmission lumineuse qu’un tissu en polyester ou en PVC, de plus sa maintenance et sa robustesse vis-à-vis des ouvertures et fermetures répétées de la toiture est plus élevée. Toutefois, c’est une solution plus onéreuse. Ce tissu est déjà employé pour couvrir le court central de tennis de Wimbledon, au Royaume-Uni, on le retrouve également dans quelques grands stades en Europe.

© Dominique Perrault Architecte / Adagp / TESS / FFT

On notera que la conception de la toiture n’a pas seulement pour ambition de protéger de la pluie et du vent, elle va permettre de contrôler les ombres portées par la toiture afin de ne pas gêner les joueurs de tennis. Alors cette toiture fera t-elle de l’ombre aux leaders d’aujourd’hui ? Réponse en 2024 lorsque l’entreprise Renaudat Centre Constructions aura terminé son chantier.

© Dominique Perrault Architecte / Adagp / FFT