© Estudio Carme Pinos

Un nouveau visage pour Saint-Dizier

© Estudio Carme Pinos

© Estudio Carme Pinos

La ville de Saint-Dizier a adopté un nouveau plan urbain mené par l’architecte espagnole Carme Pinós. Ce projet de dynamisme a été introduit par un nouvel équipement culturel dessiné par Nicolas Michelin. Ce dernier était parmi les finalistes avec Odile Decq, Reichen et Robert et Carme Pinós pour ce projet urbain dont la lauréate a été désignée le mois dernier.

© Estudio Carme Pinos

© Estudio Carme Pinos

Saint-Dizier, première ville de la Haute-Marne avec 27 000 habitants se situe à une centaine de kilomètres à l’est de Nancy. Cette ville marquée par son industrie de la métallurgie, se développe en long autour une rue centrale dont les extrémités sont marquées par la Marne au sud et le Canal Entre Champagne et Bourgogne au nord. Le projet de l’architecte espagnole est de créer une ceinture urbaine qui longe le canal et le connecte aux bords de Marne à travers la Ville. Saint-Dizier 2020 peut être considéré comme la deuxième étape de la requalification urbaine puisque la ville a déjà entreprit dès 1995 une reconversion de son industrie dominée par la métallurgie qui a déserté entrainant parallèlement une diminution de la population. Cette ville qui a connu une certaine euphorie pendant les trente glorieuses a gardé des cicatrices importantes tant au niveau économique qu’au niveau urbain. Absence de centre-ville, dégradation de l’espace boisé, commerce en difficulté… Pendant cette première phase, l’acens fut porté sur les axes de circulations, déviation de la RN 4 notamment, la démolition-reconstruction des logements du quartier du Vert-Bois, la conversion de l’usine Miko en centre aquatique et cinéma.

© Estudio Carme Pinos

© Estudio Carme Pinos

C’est dans un vocabulaire militaire que la ville de Saint-Dizier dessine son avenir. La ville qui est la plus active du bassin dispose d’atouts comme être la première base des Rafales, un savoir-faire reconnu dans l’art de la fonderie, un patrimoine architectural hérité de la fortification du XVII siècles. Une présence de l’eau importante si celle-ci était jusqu’alors minimisé. Compte-tenu de l’ampleur du projet, la ville n’a pas encore déterminé de calendrier précis. La ville prendra en charge les équipements publics alors que les programmes mixtes (logements, commerces, loisirs) seront confiés à des investisseurs privés.

© Estudio Carme Pinos

© Estudio Carme Pinos

Une pré-étude du projet avait amené la ville à donner comme fil rouge aux architectes la double approche de l’eau et du feu. L’eau est très présente sur le territoire, il s’agit de traduire son abondance par la capacité à jaillir de nouveaux projets. Le nouveau plan d’aménagement laisse une place plus importante à la nature. Rappelons que le plus lac artificiel d’Europe se trouve à quelques kilomètres de la ville. Le feu est l’histoire même de la ville, la métallurgie mais également la puissance de feu des rafales employant près de 2 000 personnes. Le programme est l’expression d’une approche globale et multi-territoriale, articulée sur trois territoires :

  • le centre-ville : extension avec un programme immobilier mixte, des commerces, des équipements culturels et de loisirs, des parkings.
  • le secteur compris entre le canal et la Marne : remodelage pour relier le nouveau cœur de ville avec les équipements structurants existants.
  • l’environnement jusqu’au lac du Der : mise en cohérence du projet urbain et des potentiels naturels extérieurs à la ville.
© Estudio Carme Pinos

© Estudio Carme Pinos

Dans le projet de Carme Pinós, l’architecte part du principe qu’une ville c’est avant tout de la vie en collectivité. Ce rassemblement s’exprime par la création de lien entre les différents équipements publics qui sont aujourd’hui isolés, par la construction de nouveaux équipements et par l’extension du par cet du canal. Le nouveau tracé de la ville révèle les anciennes fortifications. L’enjeu de ce développement est d’inverser la tendance des chiffres de la ville en décroissance.

© Estudio Carme Pinos

© Estudio Carme Pinos

Parmi les équipements que l’architecte propose, on peut citer la création d’une serre culturelle. Elle sera la nouvelle auberge des oeuvres de la fonderie au coeur d’un espace végétalisé. À côté, le bâtiment de l’ancienne école sera rénové pour accueillir un centre d’exposition et d’information sur la région.

© Estudio Carme Pinos

© Estudio Carme Pinos

Le marché sera déplacé et s’articulera de manière linéaire afin de créer une promenade. Le fleuve qui arrivera de manière douce au coeur de la ville sera entouré de logements à rez-dechaussée commerciaux.

© Estudio Carme Pinos

© Estudio Carme Pinos

Le centre téléphonique sera convertit en bowling billard avec un espace de réception pour les conférences avec restauration. À noter qu’un niveau du centre sera maintenu mais habilement masqué. Un hôtel s’érigera à proximité immédiate de la gare afin de répondre aux besoins actuels. L’architecte a également conçu un ensemble de logement à l’allure atypique, ses résidents bénéficieront d’une privilégière avec le canal.

© Estudio Carme Pinos

© Estudio Carme Pinos

Aux abords du futur centre nautique, l’espagnole propose d’aménager le canal de manière à être support d’activités nautique. La ceinture crée sera en partie composée d’un centre de bien-être. Ce sentiment généré dans le parc doit également être restitué dans la ville à travers l’accessibilité de la ville. Les déplacements doux seront privilégiés et soutenu par un réseau de piste cyclable, une concentration des places de parking à proximité de moyens de transport. L’espace consacré aux piétons sera supérieur à celui des voitures.

© Estudio Carme Pinos

© Estudio Carme Pinos

  • Maître d’oeuvre : Estudio Carme Pinos
  • Maître d’ouvrage : Ville de Saint-Dizier
  • Localisation : Saint-Dizier, 52, France
  • Date de concours : octobre 2011

L'actualité architecturale française dans votre boite mail !

Vous aimerez aussi :

Palais des Congrès de Nîmes par Chabanne et 3XN

Comment insérer un équipement de 10 000 m2 dans un centre ville historique étroit et dense ? Réponse avec Chabanne et 3XN qui livreront le futur Palais des Congrès de Nîmes en 2025.

107 logements à Romainville par Atelier(s) Alfonso Femia

Atelier(s) Alfonso Femia a réalisé à Romainville une résidence de 107 logements pour un peu plus de 1000€/m2 sans oublier de la faire briller.

PPA Architectures avec V2S architectes contribuent à la ZAC de Saint-Martin-du-Touch

Les agences PPA Architectures et V2S architectes vont construire une opération immobilière de 10 000 m2 sur l’ilot S9 de la ZAC du quartier Saint-Martin-du-Touch à Toulouse.

Palais des Congrès de Nîmes par Chabanne et 3XN

Comment insérer un équipement de 10 000 m2 dans un centre ville historique étroit et dense ? Réponse avec Chabanne et 3XN qui livreront le futur Palais des Congrès de Nîmes en 2025.

107 logements à Romainville par Atelier(s) Alfonso Femia

Atelier(s) Alfonso Femia a réalisé à Romainville une résidence de 107 logements pour un peu plus de 1000€/m2 sans oublier de la faire briller.

PPA Architectures avec V2S architectes contribuent à la ZAC de Saint-Martin-du-Touch

Les agences PPA Architectures et V2S architectes vont construire une opération immobilière de 10 000 m2 sur l’ilot S9 de la ZAC du quartier Saint-Martin-du-Touch à Toulouse.

Partagez
WhatsApp
Partagez
Email